Ecopsychologie

Ecopsychologie

Il peut sembler évident d’inscrire les jardins thérapeutiques sous l’égide de l’écopsychologie, cette discipline (approche, champ…) au croisement de la psychologie et de l’écologie. Mais le faire implique d’entrer un peu dans le détail de ce qu’est l’écopsychologie… et des liens entre certaines des dimensions de l’écopsychologie et certaines des dimensions que nous travaillons dans les jardins thérapeutiques.

L’écopsychologie mérite néanmoins d’être un peu définie et précisée : ce que nous tentons de faire sur cette page : L’écopsychologie – définitions

Puis nous synthétisons un certain nombre d’études s’étant penchées sur les bienfaits thérapeutiques de la nature, des jardins, du jardinage, etc. : Quand la nature prend soin de nous

Connaître ces bienfaits est une première étape : la suivante, plus complexe, est aussi plus passionnante : tenter de comprendre pourquoi ces relations sont ainsi thérapeutiques. Nous le ferons en plusieurs temps :

La nature thérapeutique… de la nature

Puis : Écopsychologie et jardinage (1), et Écopsychologie et jardinage (2)

Puis : De la « présence au jardin » au « sentiment océanique »

Ce qui nous permet de mieux penser les relations entre Écopsychologie et jardins thérapeutiques, ainsi que les liens entre Écopsychologie, jardins thérapeutiques et permaculture – cet autre grand lieu de rencontres actuel entre plusieurs approches où se croisent prendre soin de la nature et prendre soin des humains. Qui mérite d’ailleurs qu’on regarde aussi la question (et l’avenir) sous l’angle : Permaculture et jardins thérapeutiques.

Ce qui nous conduit en effet à consacrer plusieurs pages aux réflexions et pratiques liées à l’ecopsychologie (les pratiques de prendre-soin des jardins, sont, elles, évoquées dans la partie du site directement consacrées aux jardins thérapeutiques) :

Écothérapies : les différentes formes de pratiques thérapeutiques où la nature joue un rôle central (zoothérapie, hortithérapie, etc.)

Pratiques évopsychologiques – Écopratiques : les différentes pratiques, qui n’appartiennent pas au champ du thérapeutique proprement dit, visant à aider les personnes à renouer les liens avec la nature, à prendre soin des relations qu’ils ont avec elle, etc. (Nous ne conserverons peut-être pas longtemps ce terme d’écopratiques, que nous empruntons à Michel Maxime Egger, et qui possède l’inconvénient majeur d’être de plus en plus utilisé pour qualifier les « pratiques écologiques » quotidiennes, du type tri des déchets…)

Ecopsychologie - img
Arcimboldo – Les Saisons

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *