Le jardin thérapeutique

Pour faciliter la navigation sur ce site, sont résumées ici, en quelques lignes, les différentes pages ou sous-rubriques du menu « jardin thérapeutique » :

Qu’est-ce qu’un jardin  thérapeutique ? Définition (s) :

On s’en doute : il ne suffit pas qu’un jardin fasse du bien pour être qualifié de thérapeutique, pas plus qu’il ne suffit qu’il soit situé dans l’enceinte d’un hôpital. Quelques pistes de réflexion pour tenter de définir ces jardins très particuliers, à la croisée du jardinage et du prendre-soin (de soi, des autres, du monde).

Panorama des jardins thérapeutiques :

On verra que les jardins thérapeutiques dépendent surtout, pour l’être, de la manière dont ils sont conçus et entretenus, des principes de prendre-soin qu’ils respectent, des activités qui y sont menées… et peuvent donc avoir des dimensions, des formes, des emplacements très variés. Petit panorama des différents jardins thérapeutiques, depuis le grand parc jusqu’au patio en passant par le jardin intérieur ou le jardin terrasse.

Conception (design) :

On trouvera ici la présentation des principaux principes qui guident la conception de tout jardin thérapeutique, et qui nous paraissent être au coeur même de sa singulière nature. En particulier le principe du prendre-soin réciproque : un jardin ne peut prendre soin de ses usagers humains que si ceux-ci prennent soin du jardin de telle manière qu’ils ne détruisent pas les forces de vie qui l’habitent et l’animent. Et le principe d’autonomie et de participatisme : un jardin ne peut être thérapeutique s’il est plaqué, non ajusté, ou fait pour ses (futurs) usagers… sans eux, puisqu’il les priverait alors a minima de leur autonomie et symboliserait surtout alors le piètre souci qu’aurait de leur autonomie les professionnels qui en prennent soin.

Le coquelicot - jardin thérapeutique

Cette page permettra également de présenter plus en détails les principes et pratiques qui découlent de ces principes fondamentaux. Sachant qu’une partie de ce que doit permettre un jardin thérapeutique – à ses usagers de ressentir, éprouver, vivre, ce qu’ils aiment à ressentir, éprouver, vivre quand ils sont en relation avec la nature – sera évoqué dans la partie « Ecopsychologie » de ce site, page « La nature thérapeutique… de la nature » et ses suivantes.

Préalables… et paradoxes :

Une réflexion sur le droit au risque. Le souci de l’autonomie des usagers. Un certain rapport au temps. L’inscription du jardin thérapeutique dans le projet de l’établissement. Une communication adaptée. Tels sont quelques uns des préalables indispensables à tout jardin thérapeutique : sans lesquels ce jardin peut (souvent) être créé mais sans lesquels il échouera toujours. D’où l’importance de les évoquer !

Créer un jardin collectif dans lequel chacun se sente « en son jardin ». Créer un jardin accessible, lisible, sans danger, où subsiste du mystère et de l’aventure. Créer un jardin cohérent, propre, beau… aux yeux de dizaines de conceptions différentes de la cohérence, du propre, du beau. Tels sont quelques uns des paradoxes de tout jardin, qu’il vaut mieux également évoquer pour éviter… de perdre du temps à tenter de résoudre ceux qui ne sont pas résolubles.

Les (grands) principes :

S’il n’est pas question de décréter que tel ou tel jardin ne serait pas thérapeutique sous prétexte qu’il n’aurait pas telle ou telle caractéristique, il est en revanche clair qu’un jardin de prendre-soin ne peut l’être… s’il ne prend pas soin – de ses habitants autres qu’humains, des humains et de la nature en général. Autrement dit, s’il ne respecte pas quelques grands principes. Certains appartiennent davantage au domaine de l’écojardinage, de la permaculture (jardin respectueux de son environnement ; jardin respectueux de l’existant ; jardin n’usant pas ici des ressources qu’il épuise ailleurs ; etc.), d’autres au domaine du prendre-soin (jardin support de ce que les humains vivent en relation avec la nature ; jardin améliorant le bien-être, l’autonomie, la liberté de ses usagers…). Panorama de ces principes.

La démarche :

« Ce que tu fais pour moi, mais sans moi, tu le fais contre moi. » Cette phrase de Gandhi, qui apparaît déjà comme une maxime du prendre-soin, peut l’être aussi pour la démarche de conception et de réalisation d’un jardin thérapeutique. Si cette démarche n’est pas participative, si elle n’est pas « centrée sur les usagers » (comme le prendre-soin est centré sur la personne), elle court à l’échec. Jardins plaqués, jardins gadgets, jardins pré-pensés pour des usagers ignorés, etc. : à l’opposé de ces jardins, nous verrons ici quels sont les éléments permettant de faire de la conception-réalisation du jardin une étape déjà thérapeutique, et condition nécessaire d’un jardin qui sera investi et animé.

Le fraisier - jardin thérapeutique

Réalisation :

Dans cette grande sous-rubrique, on trouvera un certain nombre de recommandations et de conseils, issus notamment des nombreux travaux anglo-saxons construisant un « evidence-based design », une conception fondée sur des données probantes (éléments évalués dans plusieurs jardins et depuis plusieurs années ou décennies).

Recommandations concernant, par exemple : l’emplacement ; les espaces ; les cheminements ; l’accessibilité ; les plantations ; les animaux ; le mobilier ; etc.

Prendre soin du jardin : pratiques d’entretien (écojardinage) :

Ici aussi, sur les questions d’entretien, deux principes seront déclinés concrètement à travers : des pratiques conformes à la nature d’un jardin de santé, donc forcément non nocives et non polluantes ; des pratiques conformes au principe d’autonomie au coeur du prendre-soin, donc le plus possible réalisables par les usagers du jardin ou par des personnes avec lesquels ils sont en liens d’échanges, de collaborations, etc.

On abordera également un certain nombre de recommandations sur le sol et les manières de ne pas l’appauvrir, sur les cultures en hauteur, sur les zones différenciées, etc.

Communication, information… :

Précisément parce qu’un jardin thérapeutique est spécifique, et possède des particularités liées au prendre-soin et à l’écojardinage, il peut être source de malentendus pour ceux qui pensent y trouver toutes les caractéristiques d’un jardin « classique ». Aussi est-il essentiel de communiquer à son sujet et au sujet de ce qui va y être mené. Quelques recommandations…

La giroflée - jardin thérapeutique

Des jardins spécialisés ? :

Y aurait-il des jardins pour enfants autistes ? Des jardins pour malades d’Alzheimer ? Des jardins pour personnes handicapées ? Faire un jardin pour un public spécifique n’expose-t-il pas à vider le jardin de sa dimension universelle ? Mais ne pas penser le jardin en lien avec certaines des particularités de celles et ceux qui le vivront fait courir le risque d’un jardin inadapté.

On trouvera ici quelques réflexions et suggestions sur cette question complexe – avant de parcourir dans plusieurs articles les ajustements indispensables de certains jardins.

Hortithérapie(s) :

Il ne suffit pas que le jardin soit là pour qu’il devienne thérapeutique. Beaucoup dépendra de ce que l’on va faire en lui et avec lui. Une première synthèse des différentes activités possibles, des différentes formes d’hortithérapie. Avant de parcourir plus en détails, dans des pages dédiées, certaines pratiques thérapeutiques spécifiques (jardinage thérapeutique ; thérapie à médiation horticole ; psychothérapie et hortithérapie ; etc.).

Considérations économiques :

Combien coûte un jardin thérapeutique ? La question est aussi courante que la réponse, globale, impossible. Il est possible en revanche, en expliquant pourquoi on ne peut y répondre globalement, de donner les éléments permettant de se faire une idée de la réponse liée au contexte précis du jardin que l’on imagine ou que l’on projette.

Cette sous-rubrique abordera également quelques pistes et recommandations concernant les financements.

L'iris - jardin thérapeutique

Autour des jardins thérapeutiques :

La nature particulière des jardins thérapeutiques conduit à les enrichir, à nous enrichir, de nombreux apports, qui peuvent provenir aussi bien de pratiques et réflexions dans le domaine du jardinage, de la permaculture, de la pédagogie que de recherches et réflexions concernant le prendre-soin, les thérapies relationnelles, etc. Cette catégorie accueillera donc des textes, articles, liens, vers toutes ces sources d’enrichissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *