Un jardin de prendre-soin et de vie – recommandations

Jardin de prendre-soin et de vie – recommandations

Rappel : ces recommandations sont des exemples ou illustrations ; ne sont pas des recettes ; ne sont pas exhaustives ; ne sont pas forcément les plus essentielles ; ne sont pas ajustées à la situation particulière qui vous amène ici ; ne remplacent pas celles qui naîtront par travail commun de professionnels et des usagers… Donc : prudence !

Le principe, l’objectif, est ambitieux mais essentiel : tenter de réaliser, au travers du jardin thérapeutique, un prendre-soin qui soit à la fois soucieux des humains et des vivants autres qu’humains (de la nature). Voir à ce sujet la page Ecopsychologie, jardins et prendre-soin.

Proposer des activités, de jardinage notamment, permettant aux jardiniers d’augmenter leur bien-être, d’améliorer leur santé et leur qualité de vie. Mener un jardin de telle manière qu’il s’enrichisse au fur et à mesure des années. Ces objectifs peuvent sembler des évidences. Pourtant, de nombreux jardins, de nombreuses activités, témoignent qu’on peut appauvrir un humain (diminuer son autonomie, par exemple), comme appauvrir un jardin (réduire la diversité de ceux qui y vivent)…

Des jardins contre (la) nature ?

Quand on aime les jardins, quand on aime la nature, on a du mal à associer jardin et pollutions, jardin et nuisances.

Et pourtant… Derrière certains beaux jardins, des pratiques qui, notamment à cause des produits employés, mais aussi de certaines habitudes (terre nue, haies taillées avant floraison, tontes rases, etc.), peu à peu polluent les sols, les vident de leur vie, réduisent des populations animales et végétales, etc.

Des jardins qui prennent soin (du vivant, de nous, d’eux-mêmes, de la nature)

Il existe des pratiques propres à réaliser cette ambition. Nous n’entrerons pas ici dans tous les détails de toutes les pratiques alternatives… On les trouve bien décrites sur de nombreux sites (voir notamment la page sitographie), sous différents noms et dans différents contextes : jardinage naturel, biologique, écologique ; permaculture ; écojardinage ; agroécologie ; écopaysagisme ; jardin-sauvage ; etc. L’époque est heureusement très riche (en termes ! et) en personnes et en pratiques qui, partout, expérimentent ces jardins qui prennent soin… et influencent même au-delà des jardins (gestion différenciée des espaces verts, cimetières paysagers, etc.).

Quelques principes et recommandations (pour un jardin de prendre-soin)

La majorité des recommandations, qui concernent la conception paysagère du jardin lui-même, les plantations, les activités d’entretien, etc., sont évoquées dans les pages qui sont consacrées à ces aspects.

Signalons juste ici les plus générales :

  • « Primum non nocere » : d’abord, ne pas nuire. Ne pas nuire à la terre, à la vie et au vivant ; éviter tout ce qui détruit, notamment les pesticides, tous susceptibles de porter atteinte, non seulement à la santé ou à la vie des habitants du jardin, mais également à celles des usagers du jardin.
  • En parallèle, favoriser ce qui accroît la vie (dans le sol, dans les massifs, dans le jardin en général), offre refuge ou nourriture aux animaux et autres organismes vivants.
  • S’efforcer de ne pas jardiner « contre » : contre le climat, contre le sol, contre les humains, contre les animaux, contre le temps…
  • Privilégier l’autonomie, ainsi qu’une économie circulaire, où ce que le jardin produit (résidus de tailles ou d’élagages par exemple) est réutilisé dans le jardin.
  • Privilégier un fonctionnement en réseau : utiliser le jardin pour favoriser les échanges (de graines, de fruits et légumes, de plantes, de services…) entre ses usagers, entre ses usagers et leurs voisins.
  • Favoriser la diversité (des usagers, des milieux, des végétaux, des animaux, des pratiques, etc.) car elle nourrit et accroît le vivant, multiplie les sources d’observation, d’émerveillement, d’activités.
  • Toujours essayer de laisser quelques espaces « sauvages ».
  • Veiller à ce qu’il y ait toujours des espaces pour l’imprévu, pour des expériences, pour semer ou planter provisoirement, pour défaire et refaire, etc.

Sommaire de cette sous-rubrique :

La réalisation – recommandations – Introduction

  1. Emplacement
  2. Vue(s) et lumière(s)
  3. Espaces et ambiances
  4. Jardin partagé
  5. Accès et accessibilité
  6. Sécurité (clôtures et haies)
  7. Entrées, chemins, circulation…
  8. Signalisations et repères
  9. Mobilier
  10. Un jardin de prendre-soin et de vie
  11. Architecture, design, etc.
  12. Plantations
    1. Focus sur le jardin sensoriel
    2. Végétaux dangereux, toxiques…
  13. Animaux
  14. Les quatre éléments
  15. Choses et objets
  16. Sens (et sensorialité)
  17. Des labels ?

jardin de prendre-soin - img

jardin de prendre-soin – img

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *