Des jardins supports d’ échanges

Des jardins supports d’ échanges

Supports d’échanges

Cette dimension, liée à la dimension « sociabilité », conduit à prêter une attention particulière à tout ce qui va servir de support à toutes les formes possibles d’ échanges.

Par exemple :

  • À travers la culture de certaines plantes, ou du potager, ou de lopins, peut-on organiser des échanges de fleurs, de graines, de fruits et légumes, etc. ? Entre usagers de notre jardin comme entre usagers et jardiniers d’autres jardins.
  • Peut-on inscrire la démarche globale de notre jardin, du jardinage et de l’entretien, dans un principe (celui qu’on retrouve dans l’écojardinage, la permaculture, etc. – voir notamment la page Prendre soin du jardin : les pratiques d’entretien) d’échanges harmonieux avec la nature, où l’on donne tout autant qu’on reçoit ?
    • (« Donner » signifie moins apporter – car la plupart des choses qu’on apporte dans un jardin, engrais compris, participent à altérer son équilibre et à le rendre plus fragile – que ne pas l’appauvrir et profiter de tout ce qu’il contient, depuis les insectes jusqu’aux « engrais verts », en passant par les résidus des tailles, des tontes, les feuilles, les plantes annuelles… pour favoriser le maintien (et l’enrichissement progressif) d’un milieu vivant.)
  • Les habitants de l’institution, que ce soit entre eux ou avec d’autres personnes (plus jeunes ou plus vieilles), peuvent-ils grâce au jardin avoir des occasions de s’inscrire dans des moments d’apprentissage et de transmission ? Les échanges de savoirs, de conseils, de souvenirs ou d’idées entre (jeunes et vieux) jardiniers, permettent là aussi de s’enrichir autant de ce que l’on donne ou transmet que de ce que l’on reçoit ou apprend…

Rappelons ici que, même lorsque le jardin de l’établissement est fermé au public, réservé à ses usagers, il peut compenser les défauts que cela crée (notamment en termes de risques d’isolement du jardin et des jardiniers) en s’ouvrant ponctuellement : une demi-journée par semaine pour un atelier partagé avec des personnes de l’extérieur ; un jour par mois pour une lecture, un concert, etc. ; quelques fois par ans pour des événements ponctuels (manifestations artistiques ; trocs de plantes ;  expositions ; etc.).

(A noter que les pratiques dites « intergénérationnelles » manquent souvent de supports, et échouent quand elles ne reviennent qu’à mettre ensemble, sans un intérêt commun, des jeunes et des vieux. Toutes les activités – jardinage, observation, animaux, etc. – ayant lieu dans le jardin peuvent servir de supports à de vrais échanges intergénérationnels. « Vrais » : ceux où les participants, réunis par leur passion, en oublient l’âge qu’ils ont !)

 


Sommaire de la sous-rubrique « Grands principes et grandes dimensions » :

  1. Introduction
  2. Des jardins supports d’autonomie
  3. Des jardins de liberté et de sécurité
  4. Des jardins accessibles (accessibilité)
  5. Des jardins pour l’intimité et/ou la sociabilité
  6. Des jardins de bien-être et de confort
  7. Des jardins supports de sensations
  8. Des jardins supports de rêverie(s)
  9. Des jardins supports d’activités
  10. Des jardins supports de créativité
  11. Des jardins supports d’échanges
  12. Des jardins supports de prendre-soin
  13. Des jardins surprenants et familiers
  14. Des jardins participatifs
  15. Des jardins sains et durables
  16. Des jardins naturels (permaculture, ecojardinage)

 

échanges - img

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *