Panorama des jardins thérapeutiques (types ; publics ; usages…)

Panorama des jardins thérapeutiques :

On peut distinguer et classer les jardins thérapeutiques en fonction de leur type, de leur ouverture au public ou aux seuls usagers du lieu, de leur taille, de leur(s) usage(s)…

(Pour la question de leur spécialisation-adaptation à une catégorie particulière d’usagers, voir la page Des jardins spécialisés ?)

Les grands types de jardins thérapeutiques : lire ci-dessous.

Une page distincte est consacrée à chacune des autres dimensions :
Jardin thérapeutique : une question de taille ?
Un jardin thérapeutique – public ou privé ?
Un jardin thérapeutique – pour quoi ? (usages et vocations)
Il n’y a pas de jardin (thérapeutique) idéal !

Les grands types de jardins thérapeutiques :

Les jardins existant peuvent inspirer. Très librement : ils témoignent de l’extrême diversité des tailles, des types, des emplacements, des publics, des usages…

Nous évoquons juste ici quelques grands types – les plus courants [panorama plus exhaustif dans le livre Jardins thérapeutiques et hortithérapie] :

Jardin intérieur

Lorsque l’établissement n’a pas d’espace extérieur permettant même un tout petit jardin. jardin-thérapeutique-alzheimer-botanique-1.jpg

Il faut alors se diriger vers la conception d’un jardin intérieur : atrium, patio… Sa taille et son emplacement conduiront à une nouvelle alternative : jardin accessible, pouvant accueillir des personnes et des activités, ou jardin de vue, uniquement destiné à être regardé.

Jardin délocalisé

L’impossibilité de faire un jardin sur place peut amener à regarder quelles ressources existent ou pourraient être créées dans les environs. Des usagers de l’établissement peuvent-ils s’occuper d’un lieu, ou rejoindre par exemple un jardin collectif ou un jardin public dont une partie, en partenariat avec la ville, pourrait accueillir des activités ?

Jardin tout autour du bâtiment / Parc

Ces grands jardins ont beaucoup d’avantages : tous les habitants peuvent le voir ; ils sont aisément accessibles ; sont souvent ouverts au public, favorisant les liens entre l’établissement et son quartier ; et très pertinents dès que des usagers ont besoin de beaucoup marcher, courir, se promener, déambuler, etc.

 jardin-thérapeutique-autisme-botanique-2.jpg

Mais, du coup, ils sont aussi plus difficiles à entretenir ; sont parfois – en partie – délaissés, offrant alors une possible image d’abandon ; peuvent créer de nombreuses peurs liées aux questions de sécurité (usager qui se perdrait, aurait un accident, etc.).

Jardin de devant

C’est celui par lequel on passe pour accéder au bâtiment, qui occupe l’espace entre la rue et l’entrée principale.

Il possède pour principaux avantages de donner une image positive de l’établissement dès l’arrivée, d’être aisément utilisé, lieu très vivant, entre intérieur et extérieur.

Ce qui crée aussi ses défauts : souvent peu propice à l’intimité, parfois trop fréquenté par des personnes aux besoins très différents (ceux qui aiment bien sortir là pour fumer ; ceux qui cherchent le calme au jardin ; ceux qui cherchent le lieu de passage le plus animé possible, les visiteurs, etc.), parfois proches des voitures et d’autres sources de problèmes pou de pollutions.

Et les questions de sécurité s’y font plus aiguës.

Jardin à l’arrière

Si de tels jardins sont souvent plus propices au sentiment d’intimité, au vécu de jardin appartenant bien à ses usagers, ils peuvent s’avérer aussi plus fermés, moins fréquentés, moins vivants.

jardin-thérapeutique-unité-alzheimer-botanique-3

Jusqu’à provoquer un sentiment d’enfermement chez leurs usagers. Un sentiment de « ghetto » chez les professionnels et les proches des usagers.

Ces questions sont abordées plus précisément en d’autres endroits plus appropriés du site.

Jardins-terrasses

La (les) terrasse(s) peuvent être située(s) sur le toit ou à différents étages.

Jardins très sécurisés, et donc souvent très sécurisants, ils sont parfois les seuls espaces extérieurs qui offrent aux habitants de réels lieux de respiration et de détente. Quand un bâtiment contient plusieurs unités, ils permettent aux habitants de chaque unité de disposer de « leur » jardin.

Ils possèdent les inconvénients des terrasses (palette végétale limitée ; palette d’activités limitée ; souvent proches des nuisances de la ville).

Parcours de marche / de santé

Il existe des jardins qui sont essentiellement des jardin-parcours de marche ou de santé. Très utiles pour répondre à certains besoins d’activités physiques, précieux pour certains professionnels (kinésithérapeutes, psychomotriciens, ergothérapeutes…) et leurs patients, ils peuvent aussi finir par s’éloigner de la nature, et être plus vécus comme des terrains (supports) de soins que comme des jardins thérapeutiques.

Jardin au centre… Jardin patio

Le jardin est au centre des bâtiments qui, souvent, disposent alors de grandes surfaces vitrées tout autour de lui. L’un des plus facilement fréquenté, rassurant, animé, entretenu…jardin-thérapeutique-maison-de-retraite-botanique-4

 

Mais aussi, du coup, l’un des moins pertinents pour les besoins d’intimité, de coins sauvages, d’espaces pour certains activités, etc. Leur taille modeste, et l’entourage des bâtiments, pouvant également vite donner un sentiment d’enfermement.

« Se sentir enfermé dehors » serait bien le comble d’un jardin thérapeutique !

 

 

Note : nous n’avons pas encore suffisamment d’images (avec connaissance de l’auteur, autorisation d’utilisation, etc.) pour illustrer chacun de ces types de jardins. En attendant donc, des images n’ayant (apparemment) rien à voir… <Au sujet des illustrations du site, voir cet article>

Celles de cette page « Panorama des jardins thérapeutiques » sont issues des ouvrages d’Ernst Haeckel (1834–1919). Provenance : en ligne à partir de cette page.

Panorama des jardins thérapeutiques – img

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *