Un jardin hospitalier (et accueillant)

Un jardin hospitalier :

Hospitalier : qui pratique l’hospitalité – « générosité de cœur, sociabilité qui dispose à ouvrir sa porte, à accueillir quelqu’un chez soi, étranger ou non » (dictionnaire du cnrtl).

Nous ne reviendrons pas ici (nous en avons parlé dans plusieurs autres pages), sur l’hospitalité du jardin concernant les vivants autres qu’humains – animaux et végétaux qu’il importe que le jardin accueille le plus possible, surtout en ces temps où la biodiversité diminue. Un jardin de prendre-soin est nécessairement un jardin refuge pour tous les vivants qui font le jardin et vivent au jardin. (Rappelons que c’est également cette richesse du jardin qui nous permet (qui lui permet) d’offrir aux humains dont nous prenons soin (dont il prend soin) le plus possible d’éléments nourrissant les nombreuses formes de relations (notamment thérapeutiques) avec la nature dont les usagers ont besoin.) 

En lien avec la dimension « communication, information », ici, juste un rappel de ce que le jardin peut servir de lieu et de support à de très nombreuses manifestations, accueillir de nombreux événements, permettre de vivifier les liens entre personnes de l’établissement et personnes extérieures. Que l’objectif soit artistique, pédagogique, ludique, etc., il remplit aussi toujours une fonction sociale (jardin support d’échanges) et informative (permet à l’établissement, aux professionnels comme aux usagers, de mieux faire connaître leur jardin, de mieux informer sur la manière dont il est conduit, entretenu et utilisé).

jardin hospitalier - img
Le déjeuner sur l’herbe (E. Manet)

 

Et tant qu’on évite d’oublier de s’habiller, les déjeuners sur l’herbe sont un premier et bel exemple de cette hospitalité.

Il n’est pas nécessaire de proposer une liste exhaustive des activités ou événements que le jardin peut accueillir. Tout ce que l’imagination apporte est bon à prendre, dans le respect habituel des prudences et vigilances (que cela ne mette en péril ni les usagers ni le jardin). Citons juste, parmi de nombreux exemples :

  • les manifestations artistiques – concert, représentation théâtrale, spectacle, exposition temporaire… ;
  • les manifestations liées aux végétaux et au jardin lui-même (trocs de plantes, de graines, fête des légumes, des fruits, des fleurs, etc.) ;
  • les événements quotidiens devenant festifs au jardin (pique-niques…) ;
  • les événements sportifs et/ou ludiques (depuis le tournoi de pétanque jusqu’aux jeux géants auxquels un espace du jardin peut être consacré) ;
  • les manifestations pédagogiques, culturelles, naturalistes : conférence d’un jardinier, d’un botaniste, d’un zoologue ; ateliers de démonstration, d’observation avec ce type de passionnés ou de professionnels ;
  • les ateliers-découvertes autour de pratiques artistiques, de pratiques de prendre-soin – tai-chi-chuanqi gong, etc.
  • visites-échanges entre jardiniers, usagers, d’autres jardins, d’autres établissements…



Voir aussi :

Informer – communiquer : quelques recommandations

Le livre de bord du jardin

jardin hospitalier  -img

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *